Accueil » Attraits » Portrait de la municipalité » Histoire » Chantiers navals

Chantiers navals

En 1840, Hyppolite Dubord met en opération un chantier naval d’envergure à l’est du village. Près de 150 ouvriers y travaillent, dont la moitié sont des résidants du village.

Entre 1840 et 1870, on y construit 65 navires à trois mâts qui seront vendus surtout en Angleterre. Le plus gros a été le Calumet (en 1863) jaugeant 1 628 tonneaux et mesurant 216 pieds de long. Lors d’une fermeture temporaire du Chantier Dubord de 1856 à 1860, les frères Laroche, le neveu d’Hyppolite Dubord et Jos Angers dit Stéguy, maître-charpentier au Chantier Hyppolite Dubord, construiront huit gros navires sur un site voisin de l’actuel marais Léon-Provancher.

De 1856 à 1860, Antoine Saint-Jean ouvre un chantier près de l’ancien quai : il y construit des goélettes et des barques. François Bertrand établit un chantier en 1865 au bout de l’actuelle rue Côté et, avec la collaboration de Jos Angers, y construit aussi des goélettes et des barques.

En 40 ans d’opération, les chantiers de Neuville mettront en œuvre près de 80 navires pour un total de plus de 50 000 tonneaux, se situant ainsi parmi les cinq plus gros chantiers de la région de Québec.

Cette page a été rédigée par feu monsieur Marc Rouleau.

Partager
Scroll Up
Menu